La Communauté de communes des Pyrénées Audoises est issue de la fusion de 4 cantons et 5 collectivités et a été créée le 1er Janvier 2014 :

  • Pour l’ex canton d’Axat : Communauté de Communes du Canton d’Axat
  • Pour l’ex canton de Belcaire : Communauté de Communes du Pays de Sault
  • Pour l’ex canton de Chalabre : Communauté de Communes du Chalabrais
  • Pour l’ex canton de Quillan : Communauté de Communes Aude En Pyrénées
  • SIVOM de la Haute Vallée de l’Aude

Le vaste territoire (926 km2)  de la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises est une zone de moyenne montagne, à géographie physique particulière, qui prend place dans les contreforts pyrénéens.

Constitué de 61 communes pour  environ 15 000 habitants (soit 4,3% de la population de l’Aude), cet espace présente une faible densité de 16.4 hab/km2 (nettement inférieure à celle de l’Aude : 58,6 hab/km2) et relativement plus homogène sur le bassin situé au centre du territoire, autour de l’axe Quillan- Espéraza.

Cet  espace, malgré sa configuration très enclavée notamment pour les zones les plus rurales et reculées (anciens territoires des Communautés de Communes d’Axat, du Pays de Sault et du Chalabrais),  est ouvert sur les départements limitrophes, des Pyrénées Orientales et de l’Ariège. Les deux axes routiers principaux (D117 et D118) sont des itinéraires départementaux permettant de nombreux échanges interdépartementaux , notamment au niveau de l’emploi, du tourisme, de l’éducation et de l’accès aux services et aux soins.

Pour des raisons tenant à l’histoire, la géographie ou les flux migratoires et économiques, nous pouvons constater que le territoire de la CCPA est soumis à des influences extérieures fortes.

En effet, le Chalabrais entretient des liens avec l’Ariège, en raison notamment de la présence de pôles d’emplois attractifs tels que Lavelanet, Mirepoix ou Laroque d’Olmes même si la crise économique que subissent, entre autre, ces pôles ces dernières années a pour conséquence de diminuer cette influence. De même, à l’est, le Fenouillèdes et le perpignanais exercent également une influence sur la zone, par l’intermédiaire de la D117.

Quillan est un carrefour de voies de communication : vers l’Ariège via le plateau de Sault ou le Chalabrais, vers Perpignan via Axat, et vers Carcassonne, Toulouse (ouest) et Narbonne (est). C’est la ville la plus importante en termes de population et de services et elle constitue le principal bassin d’emploi du territoire. L’Insee définit ici une entité urbaine composé des communes de Quillan, Campagne sur Aude et Espéraza. Le centre et le nord de la communauté de communes sont majoritairement tournés dans leurs échanges avec le Limouxin et le Carcassonnais.

Concernant l’activité économique, elle est principalement constituée de TPE/PME et d’entreprises individuelles dans les secteurs suivants (par ordre décroissant d’importance) : commerces, transports et services divers, agriculture, Administration public, enseignement, santé et action sociale, construction, industrie.

La Communauté de Communes des Pyrénées audoises bénéficie d’une image de territoire préservé et :

  • de qualité de vie,
  • de qualité des milieux,
  • de richesse de la biodiversité,
  • de qualité des productions issues du territoire et notamment des productions agricoles.

L’élevage extensif et l’agropastoralisme y sont reconnus pour leur impact positif sur la qualité des milieux et la biodiversité (maintien de l’ouverture des milieux) ainsi que pour l’entretien des paysages.

La forêt constitue un potentiel important en bois énergie, en bois de construction vouée à se développer dans l’avenir, et en réserve de bio-masse, apte à absorber les émissions de gaz à effet de serre.

Les richesses naturelles en termes d’habitats d’espèces et d’avifaune ont mené au classement de plusieurs sites en périmètre Natura 2000 (70% de la zone). Les principaux enjeux environnementaux identifiés sur ces sites concernent le maintien de l’ouverture de milieux et des habitats d’espèces générés par l’activité agricole.

Pour les Pyrénées Audoises, l’agriculture, l’agroalimentaire et le tourisme constituent aujourd’hui des leviers de développement économiques pour compenser le déclin industriel.

Le territoire Intercommunal couvre 61 Communes

  • Artigues
  • Aunat
  • Axat
  • Belcaire
  • Belfort/Rébenty
  • Belvianes et Cavirac
  • Belvis
  • Bessede de Sault
  • Cailla
  • Campagna de Sault
  • Campagne/Aude
  • Camurac
  • Chalabre
  • Comus
  • Corbières
  • Coudons
  • Counozouls
  • Courtauly
  • Escouloubre
  • Espéraza
  • Espezel
  • Fontanes de Sault
  • Galinagues
  • Gincla
  • Ginoles
  • Granes
  • Joucou
  • La Fajolle
  • Le Bousquet
  • Le Clat
  • Marsa
  • Mazuby
  • Mérial
  • Montfort/Boulzane
  • Montjardin
  • Nébias
  • Niort de Sault
  • Puilaurens
  • Puivert
  • Peyrefitte du Razès
  • Quillan
  • Quirbajou
  • Rivel
  • Rodome
  • Roquefeuil
  • Roquefort de Sault
  • Salvezines
  • Sonnac/l’Hers
  • St Benoît
  • St Ferriol
  • St jean de Paracol
  • St Julia de Bec
  • St Just et le Bézu
  • St Louis et Parahou
  • St Martin Lys
  • Ste Colombe/Guette
  • Ste Colombe/l’Hers
  • Tréziers
  • Val de Lambronne
  • Val du Faby
  • Villefort
Partagez